Recherche-Formation-Expertise

Tel: (+226) 20 97 01 02

Renforcement des capacités des journalistes sur les Fièvres Hémorragiques Virales par le Laboratoire National de Référence du Centre MURAZ.

16. 12. 10

La dengue, Ebola, la fièvre jaune, Zika, Lassa,  la fièvre de la vallée du Rift font partie de la grande famille des maladies causées par des virus. Elles  provoquent dans leur forme grave, des hémorragies et la mort.  En cas d’épidémie, la diffusion d’une information juste peut permettre d’en limiter l’ampleur. Fort de ce constat,  le Centre MURAZ,  à travers le LNR-FHV a entrepris de former vingt (20) journalistes des radios communautaires et municipales ainsi que des volontaires de la croix rouges à ces maladies, du 9 au 12 décembre 2016 à Ouagadougou.

Cette formation organisée avec le soutien de l’Université  Senghor d’Alexandrie, a connu la participation du représentant de monsieur le Directeur Général du Centre MURAZ, Dr Dramane KANIA, de la responsable du LNR-FHV, Dr Thérèse KAGONE, du responsable du Service des Expertises et des Etudes, Dr Seydou YARO, du représentant de l’Université Senghor d’Alexandrie, Dr François LAHAYE et des facilitateurs qui sont respectivement les Dr Bachirou TINTO et Amadou DICKO.

Selon la responsable du LNR-FHV, il  s’agit de faire des journalistes,  des relais  de la bonne information auprès des populations.  C’est pourquoi au   cours de la  session de formation, les  participants vont avoir  droit  à des explications sur   les  causes,  les symptômes, les modes de contamination et les conduites préventives de ces maladies.  De manière concrète, au cours de ces quatre jours de formation des exposés,  sur  la dengue, la  fièvre jaune, Ebola, Zika, Lassa,  et  la fièvre de la vallée du Rift, vont être livrés   par les chercheurs  du centre MURAZ.  Elle a dit attendre  des  participants une information juste des populations sur les précautions à prendre pour les éviter.

Pour le  représentant du Directeur Général du Centre MURAZ, Dr Dramane KANIA, la formation   traduit la volonté de  cette institution, qui œuvre depuis 77 ans dans la recherche au profit de la santé des populations, de donner la vraie information sur les maladies hémorragiques causés par des virus. «Nous sommes convaincus que la bonne information permet de limiter la propagation des maladies hémorragiques virales  et que les journalistes  sont un maillon essentiel de la diffusion de l’information», a-t-il ajouté. Un point de vue partagé par  le directeur du département  Santé de l’Université  Senghor d’Alexandrie, Dr François Marie LAHAYE. Pour lui, si l’épidémie d’Ebola a été si fulgurante en Sierra Leone, en Guinée et au Liberia, cela s’explique en partie par la méconnaissance des  bonnes attitudes à  adopter  par les populations dès son apparition.  «  Il était donc naturel pour l’Université de s’associer à une initiative de formation des relais de communication que sont les journalistes sur les bonnes attitudes en cas d’épidémie », a-t-il poursuivi.

La responsable du LNR-FHV, Dr Thérèse KAGONE  après avoir présenté son laboratoire, a énuméré les projets qui y sont menés actuellement. Il faut savoir que  le Laboratoire  a été créé en 2014  pour faire face à l’épidémie d’Ebola, qui sévissait dans la sous région ouest africaine.  Aujourd’hui, il prend en charge toutes les maladies  hémorragiques  causées  par de virus.