Imprimer

Animation Scientifique : les résultats de recherche sur le candidat vaccin antipaludique RTS,S présentés aux chercheurs du Centre MURAZ

17. 08. 18

Le jeudi 17 août 2017 s’est tenue dans la salle de conférence du Centre MURAZ, une animation scientifique portant sur le candidat vaccin antipaludique de GSK, MosquirixTM (RTS,S). Cette animation a été l'occasion pour le Dr Halidou TINTO de l’unité de Recherche Clinique de Nanoro, de présenter les résultats de ses recherches sur ce nouveau candidat vaccin aux collèges du Centre MURAZ de Bobo-Dioulasso.

 Présentation du RTS,S par le Dr TINTO

Sur explication de Dr TIONTO, le candidat vaccin RTS,S, développé en partenariat avec la Malaria Vaccine Initiative (MVI) de PATH et des institutions Africaines dont l’IRSS au Burkina Faso, est le premier vaccin antipaludique au monde a avoir atteint un niveau crucial et qui pourrait être utilisé parallèlement à d’autres moyens de prévention du paludisme chez les enfants âgés de 6 semaines à 17 mois.

Le RTS,S a pour objectif d’induire une réponse du système immunitaire contre le Plasmodium falciparum quand il entre dans la circulation sanguine de l’hôte humain ou lorsque le parasite infecte les cellules hépatiques. Il a été conçu pour empêcher le parasite d’infecter le foie, de s’y développer et de s’y multiplier.

L’innocuité et l’efficacité de RTS,S ont été évaluées dans un essai clinique de phase III à grande échelle mené par 13 centres de recherche africains dans 8 pays d’Afrique dont le Burkina Faso et impliquant 16 000 jeunes enfants. Les résultats de cet essai ont démontré de manière uniforme que RTS,S pouvait aider à protéger les enfants du paludisme dans les pays endémiques lorsqu’il est utilisé en complément d’autres mesures de contrôle du paludisme telles que les moustiquaires.

Le RTS,S est le vaccin candidat antipaludique dont le développement est le plus avancé dans le monde. Il a été créé en 1987 par des scientifiques travaillant pour GSK. Les premiers développements cliniques ont été réalisés en collaboration avec le Walter Reed Army Institute for Research. En janvier 2001, GSK et PATH (qui bénéficie de subventions de la Fondation Bill & Melinda Gates) ont conclu un partenariat public-privé pour développer un vaccin basé sur RTS,S au profit des nourrissons et les jeunes enfants vivant dans des régions d’endémie palustre en Afrique subsaharienne.

Au Burkina Faso le projet RTS,S a été mis en œuvre par l’IRSS sous la direction du Dr. Halidou TINTO à travers son unité de Recherche Clinique basée à Nanoro. Cela s’est fait en collaboration avec le Centre Muraz, le District Sanitaire de Nanoro et le CMA St Camille de Nanoro. 

En rappel, en juillet 2015, le GSK avait annoncé que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a émis un avis scientifique favorable pour le candidat vaccin antipaludique RTS,S soit utilisé chez les enfants âgés de 6 semaines à 17 mois. Suite à cette décision, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a émis une recommandation sur son utilisation dans les programmes nationaux de vaccination, une fois le vaccin approuvé par les autorités réglementaires nationales.

  Selon de Dr TIONTO, l’avis scientifique du CHMP a été une étape clé dans le processus réglementaire en vue de la mise à disposition du RTS,S parallèlement aux moyens existants actuellement recommandés pour la prévention du paludisme dans les pays africains concernés, en particulier le Burkina Faso. 

 Collègues du Centre MURAZ

 Par : SCRP-CM