Recherche-Formation-Expertise

Tel: (+226) 20 97 01 02

16. 10. 27
posted by: Amadou KABA
Affichages : 6635

en construction

16. 10. 24
posted by: Amadou KABA
Affichages : 1281

Intitulé : Développement d’un ensemble d’approches systémiques pour améliorer la prise de décision dans l'organisation des services de soins et de support aux personnes âgées au Burkina Faso.  Projet Interuniversitaire Ciblé sur les Personnes Âgées au Burkina Faso (PÏC-PABF)

Dpt/Equipe : DSP/ESS

Code MURAZ : 18SM16

Sponsor : Académie de Recherche et d’Enseignement Supérieur (ARES) Commission de la Coopération au développement (CCD) de la Belgique

Budget : 532 636 US $ (Belgique et Burkina Faso) dont

376 440 (71%) au Centre Muraz

Période de mise en œuvre :

Septembre 2011 à novembre 2016

Equipe de recherche et partenariats établis :

-     PIs : Abdramane Berthé (Socio anthropologue, Centre Muraz)

-     Co-investigators :

·         Jean Macq (Santé Publique, IRSS/UCL)

·         Maxime Drabo (Santé Publique, IRSS/DRO)

·         Fatoumata Badini/Kinda (Sociologue, Université de Ouagadougou)

·         Fatoumata Tou (Sociologue, Centre Muraz)

·         Blahima Konaté (Sociologue, Centre Muraz)

·         Hervé Hien (Santé Publique, IRSS/DRO, Centre Muraz)

·         Luc Van Campenhoudt (Sociologue, FUSL)

·         Abraham Franssen (Sociologue, FUSL)

Sites de mise en œuvre  au BF: Bobo-Dioulasso, Ouagadougou

Contexte/justification : Les Ministères de l’Action Sociale et de la Solidarité Nationale et celui de la Santé rencontrent des difficultés pour exécuter leur plan d’action en faveur des personnes âgées (PA). Par ce projet, le Centre MURAZ veut les appuyer à travers des activités de recherche sur les personnes âgées (PA), de formation des acteurs à la recherche, à l’évaluation et la planification des activités ciblant ces personnes âgées.

Question de recherche/hypothèse : Un ensemble d’approches systémiques et complémentaires pour l’évaluation et la planification des services de soins et de supports aux PA est développé par les chercheurs et utilisé par praticiens, les acteurs communautaires et les décideurs intervenant auprès des PA

Objectif principal : promouvoir le bien être globale des PA au Burkina Faso

Objectifs Secondaires : développer un ensemble d’approches systémiques et complémentaires pour l’évaluation et la planification des services de soins et de soutiens aux PA. Le paquet d’approche développé par les chercheurs burkinabè et belges du PIC devrait être utilisé par les acteurs du secteur de la santé (chercheurs, leaders la société civile, les praticiens et les décideurs).

Résumé des méthodes d’étude (design, population d’étude, échantillonnage, etc.):

Ce PIC-PABF est un concentré d’études (E1 à E9) utilisant des méthodes quantitatives et/ou qualitatives et recourant à l’analyse systémique des actions (soins, soutiens) et/ou des acteurs ciblant les PA.

·      Etude 1 (E1) est réalisée pour répertorier et décrire la quasi-totalité des structures intervenant auprès des PA à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou

·      E2 est conduite pour analyser la dynamique de la cohabitation intergénérationnelle familiale, transmission de savoirs/pratiques liées à la santé et à la maladie en milieu urbain burkinabè ;

·      E3 analyse le système burkinabè de maintien des PA en autonomie fonctionnelle à domicile à Bobo-Dioulasso. ;

·      E4 est réalisée sur Le rôle du système de soins et du support social dans la gestion des médicaments potentiellement inappropriés chez les PA avec des multimorbidités au Burkina Faso ;

·      E5 a analysé le Programme National de Santé des PA (PNSPA) 2008-2012 du Burkina ;

·      E6 porte sur la perception de la santé et des soins chez les PA dans la ville de Ouagadougou ;

·      E7 analyse  la perception du VIH et les obstacles au dépistage VIH chez les PA à Bobo-Dioulasso ;

·      E8 a analysé  sur la Situation des problèmes de santé des PA à Bobo-Dioulasso ;

·      E9 porte sur les Facteurs organisationnels influençant la prise en charge des pathologies chroniques dans les services de santé de premier niveau à Bobo-Dioulasso. Ces études ont obtenu les avis favorables du comité d’éthique pour la recherche en santé qui s’est assuré du respect des principes éthiques.

Principales activités menées jusqu’ au 31 août 2016 :

·         Activités de recherche (voir les 9 études évoquées),

·         Activités de formation (12 acteurs ciblant les PA : agents de santé, agents de l’action sociale, leaders d’association, chercheurs),

·         Activités de valorisation (organisation de symposium, participations aux conférences, etc.).

Principaux résultats obtenus jusqu’au 31 août 2016

·         La collaboration  entre les organisations à base communautaire ciblant les PA était insuffisante et concurrentielle ;

·         En dépit de la multiplicité des sources modernes d’information sur la santé, les PA continuaient d’être une source importante de transmission de savoirs/pratiques aux jeunes générations portant sur les recettes de plantes médicinales, les représentations sur les maladies, les soins aux enfants et les recours thérapeutiques ;

·         Le système de maintien des PA en autonomie fonctionnelle était ainsi incomplet à cause de l’absence d’un troisième acteur ou groupe d’acteurs qui aurait pu appuyer les familles ou les PA. Par conséquent, en cas d’handicap fonctionnel les PA avaient toutes les chances de mourir ;

·         La prévalence de la multimorbidité (64.8%), de hypertension artérielle (82.3%) et la proportion des PA qui avaient consommé au moins un médicament potentiellement inapproprié (59%) étaient élevées. Les prescriptions des médicaments potentiellement inappropriés chez les PA étaient aussi élevées dans les centres de santé de premier contact que dans les hôpitaux de districts.

Valorisation planifiée ou déjà effectuée des résultats du projet

·         Articles : 12

·         Communications orales : 21 réalisées

·         Posters : 14 réalisées

·         Autres : 4 notes de politique, 1 atelier de restitution, etc. : 3 rencontres comité de pilotage, 1 symposium, 4 thèses PhD en santé publique & sociologie, 3 mémoires de master, 2 thèses en médecine, 1 certificat universitaire

Autres retombées pertinentes du projet (novembre 2016)

·         Emplois créés (contrat de travail) : 4

·         Frais indirects versés au CM : 22 594 US $

·         Infrastructures réalisées (construction, rénovation bureaux, etc.) : néant

·         Equipements acquis (ordinateurs, logistique roulante, mobiliers de bureaux, matériels labo) :  5 ordinateurs portables, 1 ordinateur de bureau, 1 motocyclette, livres

·         Bourses de formation offertes/prévues : 14 (4 PhD, 5 masters 2, 1 master 1, 2 Doctorat en médecine, 2 certificats Universitaire d’initiation à la recherche sur les systèmes de santé)

·         Autres : 2 contrats d’appui  offerts aux professeurs/experts locaux pour suivi des doctorants du PIC-PABF

Perspectives :

·         Démarrer 1 PhD en santé publique, 1 master en sociologie, 1 master en droit et défendre 1 master en sociologie

·         Appuyer les acteurs et les décideurs locaux de la Santé et la solidarité nationale dans l’auto-évaluation des organisations et/ou des activités de prise en charge des personnes âgées à l’aide de l'ensemble d’approches systémiques et complémentaires développé par les chercheurs du PIC-PAB

·         Valoriser les résultats de la recherche (articles, communications)

·         Concevoir un projet de poursuite à partir des acquis du PIC-PABF

16. 10. 24
posted by: Amadou KABA
Affichages : 1007

Intitulé : Saving Brains in Burkina Faso and Uganda: a cluster-randomized trial of the EBF-promotion on neurocognitive function among 6-7 year-old children in Burkina Faso & Uganda (PROMISE-SB)

Dpt/Unité : DSP/SME

Code MURAZ : 07 ES 13

Sponsor : Grand Challenges Canada

Budget : 421,000 USD

Durée du projet:

Mai/2012 à Déc./2015

Equipe de recherche et partenariats établis :

·         PI : James Tumwine (Makerere Univ/Uganda) & Nicolas Meda (CM/BF)

·         Co-PI: Hama Diallo (CM/BF), Thorkild Tylleskar (UiB/Norway)

Sites de mise en œuvre  au BF: Banfora & Mangodara

Contexte/justification :

Des études suggèrent que l'allaitement exclusif (AE) améliore la cognition et les autres déterminants de la formation du capital humain chez l’enfant. La plupart de ces études ont été conduites hors de l'Afrique subsaharienne où l’AE est en baisse pour diverses raisons telles que la pandémie du VIH et la promotion excessive des substituts du lait maternel. Nous avons conduit de 2006-2008, un essai randomisé par grappe, à base communautaire, l’étude PROMISE-EBF pour évaluer l'impact de la promotion de l’AE par les paires-conseillères sur la pratique de l’allaitement exclusif. Les résultats publiés dans la revue The Lancet. 2011 Jul 30;378(9789):420-7, étaient remarquables. L’étude a montré que les taux rapportés de pratique de l'AE avaient doublé (de 40% à 80%) dans le groupe d'intervention. Compte tenu des résultats obtenus dans cette première étude, nous nous sommes intéressés à évaluer l'effet possible de la promotion de l’AE au cours des 6 premiers mois de la vie sur la formation du capital humain dans le contexte africain. Un suivi de la cohorte des enfants EBF qui en 2013-2014 étaient âgés de 6-8 ans a été fait et leurs fonctions neurocognitives mesurées par le biais de ‘tests d’intelligence standards’.

Question de recherche/hypothèse :

La promotion de l’AE par la stratégie des paires-conseillères est-elle associée à un meilleur score moyen de QI (mesuré par le KABC-II) chez les enfants africains ?

Objectifs :

Principal :

·         Evaluer l’impact de la promotion de l’AE au cours des 6 premiers mois de vie sur la formation du capital humain en Afrique dans un groupe d’enfants de 6-7 ans

Secondaires :

·         Mesurer l'effet de la promotion de l’AE par les paires-conseillères au cours des 6 premiers mois de la vie sur la formation du capital humain notamment sur: (i) les fonctions cognitives de l’enfant, (ii) l’état comportemental et émotionnel de l’enfant, (iii) l’aptitude à la scolarisation et la performance à l’école de l’enfant, (iv) les capacités motrices globales et discriminatives de l’enfant, et (v) le changement dans le niveau socio-économique du ménage.

·         Trouver des solutions aux obstacles potentiels qui limitent le passage à l’échelle d’une intervention jugée efficace comme la promotion de l’AE par les paires-conseillères au cours des six premiers mois de vie.

Résumé des méthodes d’étude (design, population d’étude, échantillonnage, etc.) :

Un essai randomisé, en grappe, à base communautaire a été conduit dans les 24 villages initialement cibles de l’étude PROMISE-EBF. Les enfants de la cohorte EBF encore vivants et éligibles à l’étude ont été ré-inclus. La collecte des données s’est faite sur 4 volets : une enquête de ménage pour mettre à jour les infos sociodémographiques de base de l’enfant et du ménage ;un examen clinique pour collecter des données cliniques et prendre les mesures anthropométriques ; une évaluation psychométrique par le biais de 4 grandes batteries de tests d’intelligence notamment le KABC-II, le CCT, le MABC et le TOVA ; une évaluation des écoles pour le groupe des enfants scolarisés et éventuellement leur performance individuelle au moyen d’une composition scolaire. Les données psychométriques ont été standardisées pour produire un score composite de QI comme critère principal de jugement. L’analyse multi variée de régression linéaire prenant en compte la nature en grappe de l’essai et ajustant pour les variables socioéconomique, anthropométrique et la scolarisation de l’enfant a permis d’évaluer l’association entre l’intervention et le QI des enfants.

Principaux résultats obtenus :

Au total 561/566 (99%) enfants de la cohorte survivants et présents dans les villages d’étude ont été ré-inclus et évalués dont 268 en bras interventionnel et 293 en bras contrôle. La plupart des variables sociodémographiques étaient comparables entre les 2 bras de l’étude. L’analyse multi variée a montré que l’intervention n’était associée ni à l’intelligence générale (coef=-0.165, 95% CI :-0.47 à 0.14), ni à la mémoire vive (coef=-0.177 95% CI :-0.56 à 0.20). Elle était négativement associée à l’attention (coef=-0.173, 95% CI : -0.33 à -0.01). L’éducation parentale (mère et surtout le père) et la scolarisation de l’enfant étaient les seuls facteurs positivement  associés à l’intelligence générale (coef=+0.243 et +0.668, respectivement, p<0.05), à l’attention (coef=+0.167 et +0.577, p<0.05) et à la mémoire vive (coef=+0.250 et +0.535, p<0.05) dans cet essai.

Valorisation effectuée des résultats du projet :

·         Un rapport scientifique rédigé et envoyé au sponsor

·         Manuscrits : 3 rédigés en cours de soumission ; Communication orales effectuées : 7 ; Posters : 2

·         autres  planifiés: note de politique planifiée (1), manuscrits planifiés (7), thèses de médecine/master (4)

Autres retombées pertinentes du projet (Déc. 2015) :

·         Emplois créés (contrat de travail) : 75 dont 13 à temps plein pendant 18 mois

·         Frais indirects versés au CM : >30 millions CFA

·         Infrastructures réalisées (construction, rénovation bureaux, etc.) : rénovation et ameublement des bureaux PROMISE au CM, rénovation, équipement et ameublement du QG PROMISE à Banfora, mise en place d’un site de recherche à Sidéradougou et à Soubakanédougou.

·         Equipements acquis: logistique roulante, équipements et meubles de bureaux (ordinateurs portables, PC, imprimantes, scanners, mobiliers bureaux au CM, au QG de Banfora), acquisition de batteries de tests psychométriques (KABC-II et CCT) en Français et Dioula, mise en place de la seule équipe burkinabè qui sait faire la psychométrie avec des tests internationaux standardisés.

·         Bourses de formation offerte : 1 PhD en Norvège (Université de Bergen) en cours

·         Autres : mise en place d’une plateforme de recherche sur la santé mentale des enfants en milieu rural au Burkina Faso et réseautage avec les équipes internationales qui travaillent sur la psychométrie.

Perspectives post-projet:

·         Ecrire un projet de programme sur l’évaluation psychométrique chez les enfants Africains en milieu rural avec un volet développement et validation de tests spécifiques et un autre sur les interventions efficaces (stimulation, nutrition, etc.) pour améliorer les fonctions neurocognitives.

16. 10. 24
posted by: Amadou KABA
Affichages : 953


Intitulé : Promote Research Uptake in Decision-making through Evidence Synthesis in Burkina Faso (PRUDES-BF)

Dpt/équipe/labo : EPSS

Réf code de soumission/email d’accusé de réception :

Sponsor sollicité : AHPSR (WHO)

Budget demandé : 179.975 USD

Durée prévue du projet : 18 mois

Equipe de recherche et partenariats envisagés :

-       PI : Prof ; Nicolas Meda

-       Co-investigators : Dr Joël A. Kiendrébéogo

Sites potentiels de mise en œuvre au BF : Ouagadougou et Bobo-Dioulasso

Contexte/justification :

Malgré une volonté politique déclarée, l’utilisation des connaissances scientifiques dans la politique de santé reste marginale au Burkina Faso. Les raisons classiques seraient, entre autres, le conflit de temporalité (temps long de la recherche et temps court de la décision) et le langage et/ou format inappropriés de présentation des résultats. Le projet PRUDES-BF contribuera à faire face à ces problèmes. Il renforcera les capacités des acteurs du système de santé et permettra aux décideurs, selon leurs besoins, de disposer à temps et de manière coût-efficace de données probantes pour l’élaboration des politiques de santé. Il participera également à réduire l’éloignement relatif entre chercheurs et décideurs en renforçant les liens fonctionnels entre le Centre MURAZ et le Ministère de la Santé.

Question de recherche/hypothèse :

Hypothèse : Une meilleure utilisation des résultats de la recherche peut contribuer à des politiques de santé plus efficaces et plus efficientes, et par là au renforcement des systèmes de santé.

Objectifs :

-       Develop rapid synthesis services that are responsive to policy needs and priorities in LMICs ;

-       Develop further institutional capacity in LMICs for conducting and packaging HPSR reviews including systematic reviews and rapid reviews.

Foster the use of reviews and related products to support evidence-informed decision-making.

Résumé des méthodes d’étude (design, population d’étude, échantillonnage, etc.) :

Review questions related to Health Policy and System Research through a review of the literature (peer reviewed and grey literature) and through discussions with decision makers at national and/or regional level.

Principaux résultats attendus

·         Deux revues systématiques réalisées sur des thématiques pertinentes et choisies en concertation avec les décideurs politiques

Au moins quatre réalisées par la technique des revues rapides de littérature.

16. 10. 24
posted by: Amadou KABA
Affichages : 1102

Intitulé : Promotion de la santé en milieu rural au Burkina Faso : valorisation de la stratégie des paires-conseillères pour améliorer la survie de l’enfant en zone rurale du Houet (PROMISE-VAL)

Dpt/Unité : DSP/SME

Code MURAZ : 10 SP 02

Sponsor : FONRID/MESRI-BF

Budget : 59 990 US $

Dates prévues pour la mise en œuvre :

Janv./2015 à Déc./2017

Equipe de recherche et partenariats établis :

·         PI: Hama Diallo (CM/BFA)

·         Co-investigators : Nicolas Meda (UO/BF), Thorkild Tylleskar (UiB/Norvège), Germain Traoré (ENSP/BF) et MCD/Dandé

Sites de mise en œuvre au BF: 30 villages du district sanitaire de Dandé, Houet

Contexte/justification :

Le Burkina Faso reste un pays de forte mortalité infanto-juvénile estimée par l’UNICEF à 89 pour 1000 en 2015. Ce fléau est encore plus marqué en milieu rural où des taux de mortalité périnatale et infantile respectivement de 79 et 113 pour 1000 ont été observés. L’allaitement exclusif (AE) durant les 6 premiers mois de la vie est une intervention démontrée comme l’une des stratégies les plus efficaces au niveau populationnel pour réduire significativement le taux de mortalité infantile.

Nous avons conduit de 2006 à 2008 l’étude PROMISE-EBF (www.clinicaltrials.gov NCT00397150) à base communautaire pour la promotion de l’AE dans 24 villages de la région de Banfora en milieu rural du Burkina Faso. L’intervention a consisté en la promotion de l’AE au cours des 6 premiers mois de vie par des paires-conseillères, des femmes recrutées au sein des communautés locales et formées à leurs tâches par notre équipe de recherche. Les taux rapportés de pratique de l’AE ont doublé dans le bras interventionnel, passant de 40% à 80%.

Le présent projet vise à combler les défaillances observées lors de l’implémentation de l’étude PROMISE-EBF qui était de nature expérimentale. Nous ambitionnons ici d’assurer la pérennisation d’une intervention jugée efficace, faisable et bien acceptée par les communautés rurales qui l’ont expérimentée au Burkina Faso en renforçant la compétence d’agents communautaires formés et sensibilisés à leur rôle potentiel dans la promotion de la santé. Le projet permettra aussi de mieux comprendre et analyser les mécanismes de passage de la recherche expérimentale (essai) à la recherche d’implémentation (translationnelle) à travers une enquête auprès des prestataires de service, des bénéficiaires au sein de la communauté et aussi des acteurs clés du système local de santé.

Question de recherche/hypothèse :

-       Le passage à l’échelle de la stratégie des paires-conseillères est-il faisable dans une région autre que le site expérimental ?

-       Peut-on élargir le paquet d’activités confié aux paires-conseillères à d’autres interventions bénéfiques pour la mère et son bébé?

Objectifs :

Principal :

·         Valoriser la stratégie des paires-conseillères pour améliorer la survie de l’enfant en milieu rural au Burkina Faso

Secondaires :

·         Renforcer les capacités d’agents communautaires sur la promotion des bonnes pratiques nutritionnelles de l’enfant en milieu rural  du Houet, Burkina Faso ;

·         Renforcer le rôle de ces agents communautaires dans la promotion de l’utilisation des services de maternité pendant la grossesse, à l’accouchement et dans le post-partum précoce ;

·         Collecter des informations sur les obstacles liés à la communauté ou au système local de santé et qui empêchent le passage à l’échelle d’interventions ayant fait la preuve de leur efficacité scientifique pour améliorer la survie de l’enfant ;

·         Elaborer un guide scientifique, opérationnel et contextualisé au Burkina Faso sur le passage à l’échelle d’interventions en santé dont les effets bénéfiques pour la survie de l’enfant sont avérés.

Résumé des méthodes d’étude:

Il s’agit d’un projet de recherche-évaluation avec une approche méthodologique de type «avant»/ «après», l’évaluation étant faite avant la mise en œuvre de l’intervention, puis quelques temps (wash-out period) après celle-ci. Au total 31 villages du district sanitaire de Dandé (Province du Houet, BF) ont été sélectionnés selon les critères utilisés dans l’étude PROMISE-EBF et dans 3 départements administratifs contigus pour permettre un effet diffus de l’intervention à une plus grande aire géographique. Après la sélection des villages, des rencontres communautaires ont été organisées dans chaque village afin de sensibiliser la population sur les objectifs et les méthodes du projet. Le processus se termine par la sélection de 2-4 paires-conseillères pour chaque village selon sa population. Une enquête de base a été conduite dans les CSPS dont relevait chaque village d’étude sur les indicateurs de mortalité maternelle et infantile, les indicateurs nutritionnels et ceux relatifs à l’utilisation des services de maternité. Une formation a été organisée pour l’ensemble des paires-conseillères et des kits adéquats leur seront remis pour faciliter le travail sur le terrain. Une collecte régulière des données sera faite sur un échantillon de femmes et leurs enfants en milieu communautaire mais aussi au niveau du CSPS, 12 et 24 mois après le début de l’intervention. Une enquête qualitative permettra de mieux cerner les barrières perçues ou objectives à l’implémentation d’un tel projet et à sa pérennisation. L’atelier de restitution permettra aux différents acteurs du projet et aux autorités sanitaires nationales de tirer des leçons pertinentes.  

Principales activités menées jusqu’en Août 2016 :

·         Conduite de l’enquête de base dans les CSPS et villages d’étude

·         Sélection des villages d’étude

·         Organisation de rencontres communautaires

·         Sélection de paires-conseillères

·         Formation des paires-conseillères

·         Elaboration d’outils de collecte adaptés à des analphabètes

Principaux résultats obtenus jusqu’en Août 2016 :

·         Rapport d’enquête de base avec données socio-sanitaires pour la sélection des villages d’étude

·         31 villages sélectionnés pour servir de sites interventionnels dans le DS de Dandé

·         Organisation de 31 rencontres communautaires

·         73 paires-conseillères sélectionnées pour délivrer l’intervention avec une moyenne de 2 par village

·         Formation de73 paires-conseillères sur leur rôle y compris la collecte de données

·         Elaboration d’outils de collecte adaptés à des analphabètes

Valorisation planifiée ou effectuée des résultats du projet

·         Articles planifiés : 3 communications orales  planifiées : 4 posters planifiés: 2

·         Autres : note de politique (1), atelier de restitution des résultats (1)

Autres retombées pertinentes du projet

·         Emplois potentiels (contrats de travail) : 2 contrats à temps partiel (enquêteurs de terrain), soutien financier sous forme de tontine aux paires-conseillères (n=73).

Perspectives

·         2016 : (Sept-Déc.) : phase d’implémentation (fourniture de l’intervention, supervision, collecte données)

·         2017 : phase d’évaluation (enquête de contrôle, saisie-analyse des données, reporting)